Pour 2 mois au Conseil d’État, Wauquiez cumule 13 ans de droits à la retraite

« Je ne suis pas dupe du calendrier de ce genre d’attaques en pleine période de reconstruction de l’opposition », se défend le candidat à la présidence LR.

La campagne de Laurent Wauquiez pour la présidence des Républicains (LR) est loin d’être un long fleuve tranquille. Critiqué pour sa ligne, jugée par certains trop droitière, le patron de la région Auvergne-Rhône-Alpes doit affronter une nouvelle polémique. Comme l’a repéré Lyon Capitale, un arrêté au Journal officiel est venu confirmer le renouvellement par Édouard Philippe de sa mise en détachement pour cinq ans de son poste de maître des requêtes au Conseil d’État.

De quel poste s’agit-il  ? Sorti major de sa promotion à l’ENA, le favori à la présidence des Républicains a rejoint le Conseil d’État en 2001. Après un poste d’éditeur, il était ensuite devenu maître des requêtes en 2004. Mais, très rapidement, il est élu député à la suite d’une élection partielle en Haute-Loire et obtient alors sa mise en détachement de la fonction publique deux mois après son entrée en poste. Comme l’explique Lyon Capitale, Laurent Wauquiez pourrait donc réintégrer ses fonctions en cas de défaite électorale dans les cinq ans. Il continue également de cumuler les droits à la retraite liés à ce poste. Il a donc cumulé 13 ans de droits de retraite.

De son côté, l’intéressé se défend. «  Je ne suis pas dupe du calendrier de ce genre d’attaques en pleine période de reconstruction de l’opposition  », écrit-il dans un communiqué consulté par Le Figaro. Et de poursuivre : «  Je suis aujourd’hui dans le régime du détachement prévu par la loi. Je ne perçois évidemment aucune rémunération du Conseil d’État. Comme la loi le prévoit pour tous les élus en détachement, je dois cotiser au régime des pensions civiles de l’État. Il est important de préciser, d’une part, qu’il ne s’agit pas d’un régime spécial de retraite, d’autre part, que tous mes droits à la retraite sont évidemment ouverts par des cotisations que je paye réellement. Cette situation ne m’est pas propre, c’est l’application stricte de la loi pour tous les élus locaux en détachement.  »
Une pratique légale

Cette pratique n’a rien d’illégal. «  La loi Cahuzac de moralisation de la vie politique oblige les parlementaires et les ministres à se mettre en disponibilité, et non plus en détachement, de leurs postes de fonctionnaires  », précise Lyon Capitale. Une loi qui s’applique seulement aux ministres et aux parlementaires. Un fonctionnement qui peut interpeller pour un homme politique qui n’a eu de cesse de s’élever contre l’assistanat.

Avant Laurent Wauquiez, d’autres hommes politiques avaient déjà été confrontés à cette solution. Mais, pour plus de transparence, ils avaient choisi de démissionner à l’image de Nathalie Kosciusko-Morizet ou de Bruno Le Maire. En 2014, Marianne révélait que François Hollande était resté plus de trente ans en détachement de la Cour des comptes.

Source : Le Point