Après avoir appelé à tuer «des bébés blancs», Nick Conrad veut désormais brûler la France

Plusieurs dirigeants des Républicains demandent des sanctions contre le chanteur en raison des paroles de son morceau « Doux pays ».

Sa récente condamnation par la justice ne l’a pas empêché de sortir un nouveau clip polémique. Le rappeur Nick Conrad a publié vendredi sur sa chaîne YouTube un nouveau morceau, « Doux pays ».

Il y chante notamment « Je baise la France jusqu’à l’agonie » ou encore « Je brûle la France ». « Attention, certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des spectateurs », avertit la vidéo en préambule.

Des paroles explicites et qui peuvent sembler provocatrices de la part de celui qui avait déjà fait beaucoup de bruit en septembre 2018 avec son précédent clip, « Pendez les Blancs ». Il s’y mettait notamment en scène en train d’enfoncer un pistolet dans la bouche d’un Blanc, ce qui lui avait valu d’être condamné en mars dernier à 5000 euros d’amende avec sursis pour « provocation au crime ». Lui s’est toujours défendu de tout appel à la haine, mettant en avant une création artistique.

Ce nouveau clip « Doux pays » s’ouvre justement sur des extraits de journaux radio rappelant cette précédente affaire.

« Pendez les blancs » retiré de YouTube

Des responsables politiques de droite ont rapidement réagi. Dans un texte publié samedi sur sa page Facebook, la tête de liste Les Républicains (LR) pour les élections européennes de dimanche prochain François-Xavier Bellamy a estimé qu’il ne devait y avoir « aucune tolérance à avoir pour ce qui n’est rien d’autre qu’une incitation à la haine, qui doit être sévèrement condamnée pour les actes bien concrets de violence qu’elle produira ». « Les lâchetés d’hier préparent les violences de demain », s’insurge-t-il.

« 30 ans de communautarisme, de haine de la France et des Français et voici le résultat : un appel au meurtre et à la guerre civile », s’est offusqué de son côté sur Twitter Nicolas Dupont-Aignan, tête de liste Debout la France pour les élections européennes. « Je demande à ce qu’il soit poursuivi et condamné lourdement. Cette haine est insupportable ! », a renchéri le sénateur LR Bruno Retailleau.

Le clip « Doux pays » totalisait ce dimanche à la mi-journée plus de 40 000 vues sur YouTube. Le précédent morceau « Pendez les blancs » avait été retiré de la page officielle par la plateforme, quelques jours après sa publication. Mais des copies étaient restées visibles en ligne.

Source : Le Parisien