Brevet 2019: les collégiens se plaignent de la difficulté de l’épreuve de maths

Sur Twitter, nombreux sont les élèves à se plaindre de la complexité de certains exercices, qui n’auraient pas été vus au cours de leur année scolaire.

Après l’épreuve de français de ce lundi matin, les collégiens se sont attaqués cet après-midi, à partir de 14h30, à l’épreuve de mathématiques, d’une durée de deux heures. Et quelques minutes seulement après la fin de l’épreuve, ces derniers se sont très largement plaints de la difficulté des exercices proposés, au nombre de six.

Sur Twitter, nombreux sont les élèves à avoir ironisé sur la complexité de certaines questions, se demandant s’ils venaient de participer au baccalauréat où au brevet. D’autres, plus alarmistes, se demandent s’ils vont finalement obtenir leur diplôme.

Que trouve-t-on dans cette épreuve? La première partie a porté sur les divisions, une seconde sur la géométrie, deux exercices qui n’ont, semble-t-il, pas posé de problèmes. C’est à partir de l’exercice numéro 3 que les choses se sont compliquées. Portant sur un sablier, les élèves devaient calculer le volume de sable dans un contenant, avant d’évoquer des questions statistiques. Les trois derniers exercices, d’une difficulté graduée, ont traité de l’algorithmique, la programmation et de nouveau de la géométrie.

L’épreuve a-t-elle été si difficile que le prétendent les collégiens. « Oui », pour Jean-François Clair, responsable du groupe mathématiques au SNES, le Syndicat National des Enseignements de Second degré, qui, contacté par BFMTV.com, qualifie le sujet de « difficile. » « Contrairement aux années passées, il n’y avait pas de QCM ou de questionnaire vrai/faux où l’élève devait argumenter. »

En ce qui concerne le sixième exercice, au centre de toutes les plaintes, Jean-François Clair estime que l’éducation nationale « s’est faite plaisir. » « C’est du calcul littéral, nous n’avons pas le temps de les préparer à ce genre de subtilités, nous n’avons pas le temps. » Un fait mis en avant par plusieurs collégiens, contactés par nos soins et sur les réseaux sociaux, qui affirment avoir été confrontés à des sujets qui n’avaient pas été abordés au cours de l’année scolaire.

La réforme des collèges pointée du doigt

Toujours selon le professeur, qui officie en zone d’éducation prioritaire, « si j’ai trois élèves qui ont la moyenne (avant harmonisation), ce sera déjà bien », assurant que nombreux de ses collègues étaient « sur le cul » de la difficulté des questions. Pour lui, cette situation est due à la réforme des collèges, « dont les premiers élèves passent l’examen, il y a des choses nouvelles qui arrivent. »

Cependant, les plaintes ainsi que les différents retours pourraient bien assouplir les décisions de la commission d’harmonisation, qui selon Jean-François Clair, qui en profite pour tancer l’éducation nationale, devrait se montrer « plus souple » afin de « montrer que les réformes proposées par le gouvernement sont les bonnes. »

En attendant, l’examen ne s’arrête pas là pour les collégiens qui, ce mardi, vont s’attaquer à l’épreuve d’histoire-géographie, qui, avec les sciences, conclura cette session d’examens.

Source : BFMTV

PARTAGER