La très polluante traversée de l’Atlantique de Greta Thunberg

Des membres de l’équipage qui l’accompagneront vont voyager jusqu’à New York, faisant grimper l’impact écologique de l’opération, explique « Die Tageszeitung ».

Dans la lignée de ses très médiatiques prises de parole, Greta Thunberg a entamé, mercredi 14 août, une traversée de l’Atlantique en voilier zéro carbone. Une opération destinée à promouvoir la lutte contre le réchauffement climatique, mais dont l’impact écologique serait plus conséquent qu’il n’y paraît. En effet, comme l’a expliqué au journal allemand Die Tageszeitung le porte-parole du skipper Boris Herrmann, cinq membres d’équipage du Malizia II vont voyager jusqu’à New York en avion pour ramener le navire.

Un retour via porte-conteneurs

Le Parisien précise par ailleurs que si la jeune activiste suédoise de 16 ans et son père avaient rallié New York en avion, la pollution émise par leur voyage aurait été moindre. Cela n’aurait en effet nécessité que deux billets d’avion, contre six au final, puisque le skipper de l’embarcation reviendra des États-Unis par les airs, lui aussi. Pour ce qui est du retour, l’adolescente et son père rentreront probablement en Europe via un bateau porte-conteneurs, ce qui n’engendrera pas, ou presque, de pollution supplémentaire.

Lire aussi Greta Thunberg : « J’ai fait de l’autisme une force »

Le Malizia II a quitté Plymouth, au Royaume-Uni, mercredi, pour une traversée de deux semaines. Il doit rallier New York pour permettre à Greta Thunberg d’assister au sommet mondial de l’ONU, qui doit commencer en septembre.

Source : Le Point

PARTAGER