Les pays européens ont dépensé 4.589 milliards d’euros pour sauver les banques

Sauver un secteur financier en crise coûte cher. Au total, les Etats européens ont ainsi dépensé 4.589 milliards d’euros d’aides publiques depuis octobre 2008, selon un état des lieux publié mercredi par la Commission européenne. Et encore, il ne s’agit que des aides autorisées par Bruxelles.

Montant considérable

«La crise financière a poussé les États membres à octroyer des montants considérables afin de préserver la stabilité financière», analyse ainsi Joaquín Almunia, vice-président de la Commission chargé de la concurrence

Cette somme astronomique ne correspond pas cependant pas au montant des aides publiques effectivement utilisé par les banques. Il s’est élève à 1.106,6 milliards d’euros en 2009 contre 957 milliards d’euros en 2008.

Car le secteur financier a bénéficié d’injection de liquidités ou de prêts préférentielles mais aussi de plans nationaux qui n’ont pas forcément été activés. 76% des aides publiques accordées correspondent ainsi à des garanties pour aider les banques si elles se retrouvaient dans l’incapacité de rembourser leurs dettes.
0,62% du PIB

«L’action coordonnée des États membres en faveur des banques, parallèlement à l’introduction, par la Commission, de règles en matière d’aides d’État spécifiques à la crise, a permis d’éviter une débâcle du secteur financier et de limiter les distorsions de concurrence au sein du marché unique de l’Union européenne», estime la Commission.

Les autres secteurs économiques en crise ont bénéficié quant à eux d’un soutien de 85,5 milliards d’euros depuis décembre 2008 de la part des Etats européens. Les aides publiques «traditionnelles», pour la recherche ou l’emploi, sont de leur côté restées stables, à 73,2 milliards d’euros pour la seule année 2009. Un chiffre qui représente que 0,62 % du PIB des 27.

Source : 20minutes