L’Iran a condamné plus de 21 militants syndicaux à des coups de fouet en août

Afin de réduire au silence la dissidence, l’Iran a condamné, en août 2019, plus de 21 militants, travailleurs et journalistes à la prison et au fouet pour avoir participé à des manifestations.

Selon des informations recueillies par Iran News Wire :
La militante syndicale Atefeh Rangriz, actuellement détenue dans la tristement célèbre prison de Qarchak à Varamin, près de Téhéran, a été condamnée à 11 ans et six mois de prison, en plus de 74 coups de fouet, le 31 août.

Rasoul Taleb Moghadam, chauffeur de bus et membre du Syndicat des travailleurs de la Compagnie de bus de Téhéran et de sa banlieue, a été condamné à 74 coups de fouet, deux ans de prison, deux ans d’exil et une interdiction d’utiliser un smartphone. Il a également été arrêté lors du rassemblement de la fête du travail à Téhéran, le 1er mai.
La journaliste Marzieh Amiri, qui avait également été arrêtée lors de la manifestation de la fête du travail, a été condamnée à 10 ans et six mois d’emprisonnement, en plus de 148 coups de fouet, le 13 août. Six ans de sa peine d’emprisonnement seront exécutés.
La militante syndicale, Azarm Khezri (Nasrin Javadi), a été condamnée à sept ans de prison et à 74 coups de fouet pour avoir participé à la manifestation de la fête du travail. Cinq ans de sa peine de prison seront appliqués. Elle a été jugée le 6 août par le tribunal révolutionnaire de Téhéran.
Le 13 août, sept travailleurs de l’usine de canne à sucre Haft Tappeh, située dans la ville de Shush, dans le sud-ouest du pays, ont été condamnés à huit mois de prison avec sursis et à 30 coups de fouet chacun.
Selon le syndicat de la sucrerie Haft Tappeh, les travailleurs ont été jugés et condamnés par la 102ème chambre du tribunal pénal de Shush.
Le 14 août, neuf autres travailleurs de la sucrerie Haft Tappeh ont été condamnés à huit mois de prison et à 30 coups de fouet, tandis qu’un autre travailleur a été acquitté. Ils ont été identifiés et il s’agit de Hossein Ansari Zadeh, Mohammad Khanifar, Feisal Sa’alobi, Sab Zahiri, Adel Samaïe, Ismail Ja’adeleh, Bani Na’ami, Omid Azadi, Rostam Abdollahzadeh et Ali Bani Sadeh.
En novembre dernier, les employés de l’usine Haft Tappeh ont organisé des rassemblements, des défilés dans la rue et des manifestations pendant plus de 20 jours consécutifs. Ils protestaient car ils n’avaient pas été payés et à cause de la privatisation de l’usine.
Les manifestations ont été réprimées après que les forces de sécurité aient arrêté, convoqué et torturé des dirigeants syndicaux et des travailleurs.
De nombreux militants croupissent encore en prison.
Le militant syndical Farhad Sheikhi a été condamné à quatre mois de prison et cinq coups de fouet pour avoir participé à la manifestation de la fête du Travail. Sa peine est suspendue pour deux ans.
Mohammad Taghi Falahi, président de l’Association des enseignants de Téhéran, a été condamné à huit mois de prison et dix coups de fouet pour avoir participé à une manifestation d’enseignants à l’occasion de la Journée nationale des enseignants iraniens. Sa peine est suspendue pour trois ans.
Source : Iran News Wire

PARTAGER